Scribus 02 : gestion des couleurs dans Scribus 1.4

Dans la dernière mouture de Scribus, en comparaison des version 1.3.x, l’onglet « couleurs » de la fenêtre « propriétés » va vous paraître très pauvre. En effet, comme on le voit sur l’illustration ci-dessous, il n’y a guère plus d’une douzaine de couleurs de base.

Scribus 1.4 n’est pas pour autant dépourvu d’un très large choix de palettes de couleur… Il suffit de savoir où les chercher !

 1/ Charger une palette :

Utilisez le menu [Edition // Couleurs].
La fenêtre suivante s’ouvre.

On remarque que les seules couleurs proposées de base sont effectivement celles aperçues dans la première capture d’écran, la fenêtre propriétés. Notez la présence du bouton « importer » : c’est là que tout se passe.
Cliquez sur ce bouton.
Dans le chemin, en haut, parcourez votre arborescence jusqu’à trouver le répertoire « swatches ».

Sous windows, vous devriez le trouver dans le répertoire d’installation de Scribus, du genre :
blablabla/scribus/libs/swatches
Vous devriez voir, comme ci-dessous, un très large choix de palettes.

Difficile d’en faire le tri : ce sera à vous d’y jeter un œil et de déterminer celles qui sont intéressantes.
Après y avoir fait un tour, parmi les plus « équilibrées » au moins pour commencer avec Scribus, je vous conseille de tester :

  • CrayonTM,
  • SVG,
  • BSC 381 C,
  • Tango,
  • Oxygen

C’est d’ailleurs cette dernière que l’on va prendre pour poursuivre l’exemple. Validez l’ouverture du fichier « oxygen.xml ».

2/ Charger une seule couleur dans une palette

Restez sur la fenêtre de gestion des couleurs (ou rouvrez là par [Edition // Couleurs]). Cette fois, au lieu de cliquer sur le bouton « importer », on va choisir « Nouveau »).
Utilisez le menu déroulant où il est inscrit « carte des couleurs HSV » :

Cherchez et choisissez la platte « SVG ». Dans cette palette, sélectionnez la couleur nommée « aquamarine » :

Validez. Elle apparaît désormais dans votre palette à utiliser dans le document actif.

3/ Créer une nouvelle couleur

Comme précédemment, on va cliquer sur le bouton « nouveau » dans la fenêtre de gestion des couleurs.
Nommez votre nouvelle couleur en « 1 ». Puis, choisissez votre modèle colorimétrique (Pour rappel : CMJN est plutôt destiné à l’impression, RVB à l’écran).
Enfin, jouez avec les curseurs jusqu’à obtenir la teinte désirée.
Validez.

De la même façon, il vous est possible dans un premier temps d’aller chercher une couleur dans l’une ou l’autre des palettes, puis de la modifier/renommer.

Si vous devez travailler avec une charte graphique précise, récupérer les composantes (valeurs) en RVB ou CMJN de vos couleurs pour les saisir.

4/ Alléger sa palette

Du coup, on obtient une longue palette où la plupart des couleurs ne nous servira jamais.
Toujours dans la fenêtre de gestion des couleurs, avisez l’une des couleurs, cliquez dessus. Le bouton « supprimer » devient accessible. Allez-y : clic !
La couleur disparaît de la liste.

N’ayez aucune crainte : elle n’est pas perdu, du moins s’il s’agissait d’une teinte importée. Pour la récupérer, il vous suffit de faire « nouveau » et d’aller la chercher une nouvelle fois. Si vous en avez supprimer plusieurs provenant de la même palette, importez la de nouveau.
Les descriptions de teintes sont dans les fichiers du répertoire « swatches » : ces fichiers ne sont absolument pas touchés lors des modifications que vous apportez.

A noter : lorsque vous supprimez une couleur, Scribus vous propose de la remplacer par une autre. De cette manière, si jamais la couleur était utilisée dans la composition, l’élément qui possédait cette teinte se retrouvera avec celle de substitution.

Au bout de quelques temps de manipulation dans votre fichier, lorsque vous aurez bien avancé sur votre composition, et que vous aurez choisi les quelques teintes dont vous avez besoin, revenez donc sur cette fenêtre. Avisez le bouton « Effacer les couleurs inutilisées » et cliquez dessus.

Il ne reste plus que les teintes dont vous avez besoin, ce qui sera drôlement plus pratique pour les utiliser (pas de long menu à faire défiler).

 

5/ Réutiliser sa palette personnalisée

Je n’ai pas trouvé de manière « directe » d’exporter sa palette (à part « enregistrer en tant que modèle » un document vierge, mais c’est moyennement satisfaisant, surtout si l’on change de format) : si quelqu’un a l’astuce, je suis preneur.

Si vous ouvrez un nouveau document, vous constaterez que vous repartez avec la palette de couleurs par défaut. Or, comme on vient de le voir, obtenir « sa » palette est relativement fastidieux, surtout si l’on a choisi un grand nombre de couleurs.

Pour récupérer sa palette personnalisée dans un nouveau document, il suffit de venir dans « importer » de la gestion des couleurs. Mais, au lieu d’aller dans le répertoire « swatches », recherchez le document scribus au format SLA dont vous voulez récupérer les teintes.

Et vous allez ainsi, tout simplement récupérer les teintes qui auront été utilisées sur le document que vous visez.
De cette manière, d’un document à l’autre, il vous sera possible de toujours utiliser les mêmes couleurs et ainsi, conserver votre charte graphique et/ou vos habitudes.

Laisser un commentaire

Subscribe without commenting

%d blogueurs aiment cette page :